La cohérence cardiaque en résumé

physiologie, science, bénéfices

 

Cohérence cardiaque : la physiologie

Etape 1 : comprendre le système nerveux autonome

Etape 2 : de l’importance du tonus vagal en santé globale

Etape 3 : comment augmenter le tonus vagal

Comprendre le système nerveux autonome (SNA)

Originaire du tronc cérébral, le système nerveux autonome permet de :

  • contrôler nos principaux organes : yeux, cœur, poumons, estomac, reins, intestin, etc…
  • réguler notre milieu intérieur afin de maintenir l’homéostasie – système d’autorégulation de nos fonctions corporelles vitales- et la stabilité physiologique.

Le système nerveux autonome est composé de deux branches :

Le système nerveux sympathique (SNS)

qui est associé à l’action : son rôle est de mettre l’organisme en état d’alerte et de le préparer à l’activité.

Exemple : pour préparer le sujet à l’intense action musculaire que nécessitent la protection et la défense en réponse aux stimulations, les pupilles se dilatent, le rythme cardiaque croit, les vaisseaux sanguins se contractent, la pression artérielle augmente.

Le système nerveux parasympathique (SNPS) ou système vagal

qui est associé au repos : son rôle est de ralentir les fonctions de l’organisme et ainsi de conserver l’énergie.

Exemple : pour protéger la rétine d’une lumière excessive, la pupille se rétrécit ; pour donner au muscle cardiaque de longues périodes de repos et de récupération, le cœur ralentit.

0:00
0:00
0:00
0:00

De l’importance du tonus parasympathique ou tonus vagal

La balance sympatho-vagale

Les 2 branches du système nerveux autonome agissent de façon contraire comme une balance dynamique, appelée sympatho-vagale. La facilité avec laquelle nous pouvons passer d’un état d’excitation à un état de calme est liée à la capacité de notre balance à réguler notre réponse physiologique interne.


Face aux stimuli externes (environnement…) et internes (émotions, stress, douleur…), une balance flexible et adaptable permet à notre organisme de maintenir un bon équilibre et un fonctionnement optimal, à savoir une bonne homéostasie.

A l’inverse, un manque de flexibilité nous expose à différentes pathologies psycho-somatiques. Plusieurs études cliniques démontrent qu’une balance rigide s’explique essentiellement par un moindre tonus du système nerveux parasympathique, aussi appelé tonus vagal.


Diminution du tonus vagal et pathologies

Ainsi, les personnes diabétiques, hypertendues, asthmatiques ou encore atteintes de maladies inflammatoires ou douloureuses chroniques, présentent un dysfonctionnement du système vagal – matérialisé par une diminution significative du tonus parasympathique.

Indépendamment des problèmes médicaux, cette diminution du tonus vagal se retrouve chez les personnes stressées ou présentant une anxiété généralisée, des crises de panique ou un état de stress post-traumatique.

Plus récemment, la recherche clinique centrée sur les émotions a mis en exergue qu’un tonus vagal élevé favorise une meilleure régulation affective, de meilleures relations sociales et de plus grandes facultés à faire face aux agents stresseurs.

De l’importance du tonus parasympathique ou tonus vagal

La balance sympatho-vagale

Les 2 branches du système nerveux autonome agissent de façon contraire comme une balance dynamique, appelée sympatho-vagale. La facilité avec laquelle nous pouvons passer d’un état d’excitation à un état de calme est liée à la capacité de notre balance à réguler notre réponse physiologique interne.


Face aux stimuli externes (environnement…) et internes (émotions, stress, douleur…), une balance flexible et adaptable permet à notre organisme de maintenir un bon équilibre et un fonctionnement optimal, à savoir une bonne homéostasie.

A l’inverse, un manque de flexibilité nous expose à différentes pathologies psycho-somatiques. Plusieurs études cliniques démontrent qu’une balance rigide s’explique essentiellement par un moindre tonus du système nerveux parasympathique, aussi appelé tonus vagal.


Diminution du tonus vagal et pathologies

Ainsi, les personnes diabétiques, hypertendues, asthmatiques ou encore atteintes de maladies inflammatoires ou douloureuses chroniques, présentent un dysfonctionnement du système vagal – matérialisé par une diminution significative du tonus parasympathique.

Indépendamment des problèmes médicaux, cette diminution du tonus vagal se retrouve chez les personnes stressées ou présentant une anxiété généralisée, des crises de panique ou un état de stress post-traumatique.

Plus récemment, la recherche clinique centrée sur les émotions a mis en exergue qu’un tonus vagal élevé favorise une meilleure régulation affective, de meilleures relations sociales et de plus grandes facultés à faire face aux agents stresseurs.

0:00
0:00

Comment augmenter le tonus vagal ?

L’état de cohérence cardiaque ou résonance cardiaque

Il existe une façon simple et accessible à tous pour agir sur le tonus vagal : le contrôle respiratoire.

L’entraînement régulier au contrôle respiratoire permet d’optimiser le système réflexe (appelé baroréflexe en langage médical) reliant fréquence cardiaque, respiration et tension artérielle.

Nos gros vaisseaux (aorte, carotide) sont munis de capteurs ; en cas de diminution ou d’augmentation de la tension artérielle, ils déclenchent par l’intermédiaire du système nerveux autonome une accélération ou une diminution de la fréquence cardiaque.

Ce phénomène physiologique régulateur peut être optimisé en respirant à une fréquence de 6 cycles respiratoire par minute (cpm), soit un cycle complet d’inspiration et d’expiration toutes les 10 secondes. (Par exemple 4,5 secondes d’inspiration et 5,5 secondes d’expiration).

Cette respiration lente, régulière et guidée, aux alentours de 6 cpm, va mettre en résonance les variations dues à la respiration (hautes fréquences) avec les variations dues à l’activité baroréflexe (basses fréquences). Cet état de résonance est appelé cohérence cardiaque ou résonance cardiaque.

Le seul moyen d’objectiver cet état de cohérence cardiaque est de monitorer le sujet au travers d’un dispositif santé mesurant l’activité de son système nerveux autonome : logiciel de variabilité cardiaque; ce dernier, couplé à des exercices pratiques de contrôle respiratoire sous différents formats (audio, serious games, musicaux… ) et au retour de l’information au patient (feedback), va constituer le socle pratique de l’entraînement au biofeedback de cohérence cardiaque permettant de renforcer le tonus vagal et ainsi de maximiser la flexibilité du système nerveux autonome.

0:00
0:00

Contactez-nous

ADRESSE

SYMBIOFI SAS

Parc Eurasanté

30 Avenue Pierre Mauroy

59120 LOOS 

TELEPHONE

03 28 55 51 19 

DÉCOUVRIR LES FORMATIONS SYMBIOFI EN PSYCHO-SANTÉ

J’ai un accès professionnel

J’ai reçu un accès « à distance » par mon professionnel